Véritable histoire de la terre-3

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

ATLANTIS ET LEMURIE - L'INVASION DES REPTILES

Par Yazhi Swaruu Tasherit

Il est fortement conseillé pour une meilleure compréhension de lire les articles « Notre véritable histoire » par ordre chronologique, cad commencer par le n°1.

Introduction

Des cités anciennes puissantes, des civilisations très avancées avec une technologie de pointe, des continents légendaires disparus, des cartes de lieux étrangement situés, là où aujourd’hui il n’y a qu’un océan. Ce sont des choses qui sont présentes dans notre histoire et qui apparaissent dans de nombreux monuments et documents anciens qui sont aujourd’hui l’obsession de nombreux archéologues et historiens du monde entier. Mais, d’où viennent ces informations ? S’agit-il seulement d’histoires fantaisistes ?

Et pourquoi de nombreux documents anciens parlent d’une Terre sans océans ? Où l’on pouvait faire le tour du monde juste en marchant ? Des témoignages qui ne se trouvent pas seulement dans un point isolé, mais qui s’étendent à de nombreuses cultures sur toute la planète. Ils sont présents dans les sagas vikings et scandinaves, les papyrus égyptiens, les tablettes sumériennes, les histoires grecques, les documents des Amérindiens, comme le Popol Vuh entre autres. Comment est-il possible que tous ces écrits parlent de la même chose ?

 

 

Et pourquoi, il y a des milliers d’années, nos ancêtres ont-ils fait des dessins gigantesques dans certaines zones ? Si, selon notre histoire officielle, l’être humain n’a pas conquis le ciel avant le 18ème siècle avec les premières montgolfières… quel sens cela avait-il de faire des figures géantes, datant de plus de 3000 ans et que l’on ne peut voir que du ciel ?
Et s’il est vrai que l’être humain a émigré de l’Euroasie au cours de la dernière période glaciaire, de la Russie, en traversant le détroit de Béring pour entrer sur le continent américain, là où se trouve aujourd’hui l’Alaska, et que de là il est descendu coloniser toutes les Amériques, comment est-il possible que les plus anciens établissements et villes se trouvent dans le sud du continent américain ?

Et comment ont-ils pu construire de grandes structures, avec une conception si intelligente qui dépasse de loin la résistance de notre architecture et de nos matériaux modernes, à tel point qu’après des milliers et des milliers d’années, elles sont encore debout et presque intactes ? Et quelles sont ces étranges formations que les géologues ne peuvent expliquer, qu’étaient-elles ? Si elles ne sont pas naturelles … qui les a faites ? Et mieux encore, pourquoi ?

Yazhi Swaruu Tasherit nous dira qui a construit le Machu Pichu ou Chichen Itsa, entre autres choses.

Nous analyserons certains de nos vestiges archéologiques les plus importants ou les plus connus. Ceci étant dit et avant de commencer l’histoire, situons-nous un peu. Analysons d’abord à quoi ressemblait la surface de la terre avant le déluge, il y a environ 40 000 ans.
Nous allons l’analyser à travers une carte que Yazhi Swaruu a également partagée avec nous. Elle l’a réalisée elle-même, et elle simule la surface de la terre à cette époque :

CARTE DU MONDE PRÉDILUVIENNE

Il y a 40 000 ans, la Terre n’avait ni mers ni grands océans. Sa surface était très verte, couverte de forêts et de plaines très étendues. Elle comptait d’innombrables rivières et lacs, là où aujourd’hui il n’y a que le fond de l’océan. Dans les parties les plus profondes, il y avait des mers intérieures, mais de petite taille, comme l’actuelle mer Caspienne, et d’innombrables grands lacs. Certains étaient reliés, d’autres non. Les uns et les autres étaient définis comme de l’eau salée et de l’eau douce.
L’écosystème terrestre avait un autre mode de fonctionnement, c’était un autre écosystème, très différent. Si, aujourd’hui, la majeure partie de l’oxygène sur Terre provient des mers, à l’époque, il provenait des forêts, des marais et des prairies vertes qui couvraient plus de 80 % de la surface.

Là où aujourd’hui il y a les océans il y avait des terres. Il y avait cinq autres continents : Oceana, Apalachia, Tirannia, Fennoscandia et Beringia. Le continent d’Oceana était, pratiquement, toute la zone qui est aujourd’hui le Pacifique et certaines parties de ce qui est aujourd’hui l’océan Indien. Y compris l’Australie.

Le pôle Sud et le pôle Nord étaient à des endroits différents et inversés. Ce qui constitue la Terre a été vu à l’envers. Sans les océans et à l’envers, notre planète est presque méconnaissable. C’est parce que les pôles ont été inversés plus tard, avec le cataclysme.

Le pôle Nord se trouvait là où se trouve aujourd’hui l’Australie, et le pôle Sud là où se trouve aujourd’hui le nord des États-Unis et du Canada. C’est pourquoi beaucoup de nos scientifiques pensent qu’il y a eu une période glaciaire sur Terre il y a 15 000 ans, avec des indications de glaciers polaires aux États-Unis, principalement en Utah ou en Arizona. Mais ils ne considèrent que l’ancienne position du pôle Sud. Et ce qui est aujourd’hui le pôle Sud était alors sans glace, vert, couvert d’arbres et plein de vie. Le Groenland possédait un grand lac ou une mer centrale et était également libre de glace, d’où son nom de Terre verte ou Green Land.

Carte du monde inversée

Il n’existe aucune preuve que la Terre ait connu une quelconque période glaciaire, ni qu’elle ait été formée par un seul continent, comme le soutiennent certains scientifiques de la Terre, dans la théorie bien connue de la Pangée. Bien qu’il y ait, et qu’il y ait toujours eu, un mouvement des plaques et des preuves claires de cela, c’est par exemple, la péninsule indienne, s’écrasant sur la plaque eurasienne et formant l’Himalaya.

Mais à cette époque, la Terre, comme elle contenait beaucoup moins d’eau, était beaucoup plus stable qu’aujourd’hui. C’est la différence avec les planètes d’eau, plus une planète contient d’eau, plus sa surface est instable. En effet, l’eau favorise le glissement des plaques tectoniques. D’autre part, les planètes avec plus de terre ont plus d’activité volcanique. Il convient de noter ici que bon nombre des tremblements de terre ou des séismes dont nous souffrons aujourd’hui sont, malheureusement, provoqués. Mais, bien que la Terre ait eu moins d’eau, il y avait de petites mers qui favorisaient le mouvement tectonique des plaques, mais dans une moindre mesure.

La Terre, comme le reste des planètes, n’a pas de noyau ou d’intérieur compact, mais est pleine de grandes cavités ou voûtes, semblables à un fromage de gruyère. Certaines voûtes sont aussi grandes que des pays à la surface, et reçoivent leur lumière naturelle de la photoluminescence et des sources volcaniques. On les appelle même les continents intérieurs, en raison de leur taille.

A cette époque, ces cavités étaient habitées par différentes espèces. Les plus avancées étaient les Vulcanos, une race intraterrestre très ancienne et similaire en apparence à la race lyrienne. Mais aussi diverses races reptiliennes, de taille plus réduite, ne dépassant pas un mètre de haut et aux sociétés primitives. Le reste était principalement constitué de différentes espèces d’animaux, certaines de type humanoïde.
Le mot « Terre » ne signifie pas seulement le sol, mais il est aussi similaire à Erra, la deuxième planète qui tourne autour de l’étoile Taygeta. Erra est la planète jumelle de la Terre, car avant le cataclysme, les deux planètes étaient très semblables.

 
HISTOIRE

Dans notre Galaxie, la Fédération des planètes unies porte ses fruits et, grâce à l’unité et à la force de ses membres, l’équilibre est progressivement rétabli dans de nombreux systèmes solaires et planètes.
Dans les Pléiades, une atmosphère de paix commençait à émerger. Donnant à tous les migrants de Lyra, qui s’étaient installés dans les différents systèmes solaires de l’amas, l’opportunité de se développer en tant que races indépendantes. Les civilisations ont commencé à prospérer et par leur plus grande force, peu après, le conseil d’Alcyone a émergé. Aujourd’hui, c’est le conseil de toutes les races pléiadiennes. Mais les membres du conseil d’Orion n’ont pas abandonné et ont continué leur chasse.

Peu après l’arrivée des premiers Lyriens sur Terre, le premier groupe de reptiliens, les Usungal, est arrivé à leur poursuite. L’objectif était… de trouver et chasser les Lyriens. Les reptiliens se sont installés sur le continent des Appalaches, créant là leur première base ou colonie sur Terre. Mais ils ne se sont pas seulement installés sur notre planète, mais aussi sur d’autres planètes de notre système solaire, y compris certaines îles sur Tiamat et Mars, malgré le fait que sur cette dernière il y avait déjà une colonie de Mantis séparatistes du conseil d’Ojalu.

Toujours insatisfaits, ils tentèrent de coloniser les lunes de Jupiter. Mais ils furent surpris par les Karistus qui les ralentirent, et n’eurent d’autre choix que de battre en retraite.
Depuis leur arrivée sur notre planète, les reptiliens ont attaqué la population lyrienne à tel point qu’il y eut un moment où l’espèce fut tellement réduite qu’il ne resta que huit femmes.

Mais ils n’étaient pas les seuls reptiliens à venir. Plus tard, d’autres sont arrivés. De nombreuses années plus tard, il y a environ 20 000 ans, une seconde vague de reptiliens est arrivée. Parmi eux se trouvaient des Dracos et Alpha Dracos. Les reptiliens ont créé des colonies sur Terre et se sont répandus à la surface. Finalement, ils ont formé une civilisation planétaire entière, l’Atlantide.

Une civilisation qui possédait de grandes villes dans de nombreuses régions de la planète, des ports spatiaux et de vastes mines où les Lyriens étaient utilisés comme esclaves, forcés d’extraire des minéraux et de l’or. Même si les différentes races Sauroïdes étaient responsables, d’autres races ou colonies étaient présentes dans les colonies avec la permission et la coopération du gouvernement d’Atlantis. Cela faisait de l’Atlantide une civilisation multiraciale et multiculturelle.
À cette époque, certains Lyriens avaient pu échapper à l’oppression des reptiliens et s’étaient réfugiés sur le continent d’Oceana.

Peu de temps après, des Lyriens de l’amas des Pléiades y sont arrivés dans le but principal de les aider.

La colonie ou base d’Oceana s’est étendue, formant une civilisation entière, la Lémurie. Une civilisation composée de Lyriens séparatistes d’Atlantis et avec l’intention de devenir une résistance, affrontant la tyrannie des reptiles et libérant les esclaves. Leur société était matriarcale holographique, comme c’est le cas pour les races lyriennes et avec l’influence d’autres races pléiadiennes, comme les Solatiens, les Taygètes et plus tard aussi la race Engan, toutes présentes sur place.

La capitale était MU. La croissance rapide de la Lémurie et la haute technologie dont disposaient les Lémuriens les ont amenés à devenir d’importants rivaux pour l’hégémonie de l’Atlantide.
Il y a environ 15 000 ans maintenant, l’Atlantide était en plein essor, s’épanouissant sur toute la planète et devenant une civilisation de grande influence planétaire. À cette époque, l’Atlantide et la Lémurie sont devenues les deux grands Ouest et Est et sont clairement en lutte éternelle.


Reflexions de l’auteur : Aujourd’hui, il y a beaucoup de confusion au sujet de l’Atlantide,  beaucoup de spéculations sur le fait que l’Atlantide était une ville ou un continent, alors qu’en fait, c’était une civilisation entière.

Maintenant, j’aimerais vous donner un peu plus de détails sur la façon dont la race lyrienne s’est développée dans les Pléiades et un peu sur la façon dont s’est déroulée l’invasion de notre système solaire. Quelques détails supplémentaires, et j’aimerais aussi mieux préciser ce qu’étaient réellement les civilisations Atlante et Lémurienne ?

ATLANTIS, LEMURIE ET TARTARIA. KARISTUS ET MANTIS.

Pendant la Grande Expansion, la race lyrienne est arrivée dans la constellation M45, les Pléiades, et s’est établie dans plusieurs systèmes solaires et planètes. On ne sait pas exactement combien ils étaient, mais il est certain qu’ils sont arrivés sur ceux qui sont actuellement habités. Certains étaient la race Engan dans le système stellaire Electra, les Solatiens dans l’étoile Pleione, les Elohi, ou aussi connus sous le nom de Homo Capensis dans l’étoile Asterope, les Hyadeans dans le système Merope, les Taygetans dans le système Taygeta, les Mollusc dans le système Atlas et les Mayans dans le système stellaire Maya.

Aujourd’hui, tous les migrants lyriens qui sont arrivés dans M45 ont des traits physiques qui diffèrent grandement entre les races, d’où la variété des races lyriennes qui habitent les Pléiades aujourd’hui.
En effet, au cours de plusieurs centaines de milliers d’années, l’ADN est modifié ou changé en fonction des expériences personnelles, collectives et culturelles de chaque communauté. Comme toutes les races lyriennes, même si elles sont fondamentalement les mêmes, subissent des altérations qui détermineront le cours d’une nouvelle espèce. Ainsi, les apparences physiques seront également modifiées au fil du temps.

D’autre part, pour en revenir aux reptiliens. Lorsqu’ils sont arrivés dans notre système solaire, les premiers ont été la race Usungal.

On sait qu’ils ont établi des bases sur la planète Mars, mais on ne sait pas avec précision s’ils ont initialement convenu de leur entrée sur la planète avec les Mantis séparatistes du conseil d’Ojalu, qui y avaient leur colonie à ce moment-là, ou s’ils les ont simplement déplacés.

Sur Jupiter, ils ont rencontré les Karistus, qui sont une race très positive et puissante, et pour être en 6D, et ils étaient tout simplement hors de portée. C’est la raison pour laquelle la cabale utilise aujourd’hui la planète Saturne et ignore Jupiter, la planète la plus grande et la plus impressionnante du système solaire. Clairement, parce que ce n’est pas la leur.

Quant à l’époque où ils sont venus sur Terre en chassant les Lyriens et en exterminant presque tous  les Lyriennes, on peut encore le constater aujourd’hui. Car chez tous les humains, dans l’ADN mitochondrial qui ne vient que de la mère, on ne peut voir que 8 ancêtres. Le nombre d’hommes qui sont restés ne peut pas être calculé précisément, car l’ADN du père se trouve dans l’ADN nucléaire et celui-ci contient l’ADN de la mère. Cela ne signifie pas qu’il ne restait que 8 femmes, mais que seules 8 femmes ont pu avoir une descendance. Il se peut que d’autres aient survécu, mais si c’est le cas, pour une raison quelconque, elles n’ont pas pu se reproduire. Et il n’y avait aucune trace de cela dans les archives.

Après la première vague, d’autres races reptiliennes sont arrivées, parmi lesquelles les Dracos et les Alpha Dracos. Ce sont ces derniers qui ont donné naissance, dans notre histoire, aux dragons très présents dans les mythes et légendes du monde entier. Bien que les Alpha Dracos étaient présents dans la société reptilienne, ils n’étaient pas sous le commandement de l’Atlantide, mais interagissaient uniquement avec les autres reptiles en fonction de leurs intérêts, maintenant une société très fermée au sein de leur propre race. Si à l’époque les Alpha Dracos étaient négatifs, aujourd’hui ils sont surtout positifs. Il est très rare de trouver des Alpha Dracos régressifs.


C’est après cette deuxième vague que la société reptilienne sur Terre a commencé à s’étendre. L’Atlantide n’était pas un continent, ni une simple ville. C’était une société, une culture et le nom de la capitale de cette civilisation. Une grande société planétaire, avec une influence partout, avec une capacité aérienne.

De l’autre côté de la planète se trouvait la Lémurie ou Mu, qui n’est pas un continent. La Lémurie était la civilisation et MU la capitale, qui se trouvait sur le continent aujourd’hui disparu d’Oceana, aujourd’hui l’Océanie. Contrairement aux cités atlantiques, qui étaient multiraciales, les cités lémuriennes étaient plus adaptées exclusivement à la race lyrienne. Bien que la plupart des vestiges se trouvent sous les eaux de l’océan Pacifique, il existe encore une influence lémurienne au Japon, au Pérou, en Équateur et au Chili, même si elle est surtout culturelle.

Commentaires de l’auteur: En ce qui concerne Tartaria, Yazhi Swaruu nous a dit qu’ils n’avaient aucun enregistrement stellaire avec une civilisation terrestre de ce nom. Qu’ils n’avaient trouvé des enregistrements de Tartarie que dans les enregistrements terrestres, mais pas dans les enregistrements stellaires. Elle pensait donc que Tartaria faisait partie de la civilisation atlante, un point précis, une ville ou peut-être une région, mais une partie de la civilisation atlante.
Aujourd’hui, nous avons de nombreux vestiges archéologiques de la civilisation atlante. Beaucoup
d’entre eux sont super célèbres. Mais nous n’avons que très peu de vestiges de la civilisation lémurienne, parce qu’elle était surtout concentrée sur les îles de l’Atlantique sur le continent d’Oceana et il a été presque entièrement recouvert lorsque le cataclysme s’est produit, de sorte que la plupart de ses vestiges se trouvent maintenant sous l’océan Pacifique:

SIGNIFICATION DES MONUMENTS

Revenons à l’ancienne carte de la Terre. Les cercles en bleu représentent les établissements les plus importants de la civilisation atlante. Et les cercles verts, les établissements les plus importants de la civilisation lémurienne

Dans ce qui serait aujourd’hui le triangle des Bermudes, anciennement le continent des Appalaches, se trouvait la capitale de l’Atlantide, qui portait le même nom.
Une autre grande ville est située dans ce qui est aujourd’hui la région du Moyen-Orient, dans le nord de l’Irak et de la Turquie. Mais il y avait aussi une, une des plus grandes villes, et ses vestiges sont toujours là. Elle faisait partie de ce que l’on appelle aujourd’hui l’OEil du Sahara, en Mauritanie. La ville était située au bord d’un grand lac et ressemblait beaucoup à cette image.

Mais ce ne sont pas les seules. Il y avait aussi des villes où se trouve aujourd’hui la Méditerranée, et une grande partie du continent américain, surtout au centre et au sud, comme Machu Picchu, Tiahuanaco, Tical, Chichen Itza et bien d’autres. Tous font partie de la civilisation atlante. Même si aujourd’hui elles ont une apparence antique, elles étaient équipées de haute technologie.

Et après tant d’années, le problème est que d’autres civilisations après l’Atlantide s’y sont installées, altérant les constructions originales. Malgré tout… La pierre utilisée dans ces endroits est plus durable et plus résistante que le béton. C’est pourquoi tout semble être fait de pierre, et cela semblerait être quelque chose de primitif. Mais c’est le contraire,
parce qu’une grande partie de la pierre que nous trouvons même aujourd’hui, dans des endroits comme Tihuanaco ou Gizeh, entre autres, est d’une pureté très particulière.

C’est une pierre qui était liquide et qui a été formée là. Mais pas tout, pas toute la pierre, parce que souvent elle est extraite mais coupée avec des machines à sons comprimés et ensuite lévitée avec l’anti-gravité ou le son. La découpe au son comprimé est plus performante que la découpe au laser car elle ne génère pas autant de chaleure.

L’une des plus importantes mines d’or de l’époque se trouvait en Afrique australe. C’était l’un des endroits où les Lyriens étaient utilisés comme esclaves pour l’extraction de l’or. Ce fait apparaît dans les tablettes sumériennes. L’or est très précieux et est utilisé par de nombreuses races dans la galaxie. Il a de nombreux usages, mais principalement il fond de manière cristalline, en apesanteur, pour former des câbles de transmission électrique, avec des propriétés supraconductrices à température ambiante. Il est utilisé pour la technologie, pour les vaisseaux spatiaux, les véhicules et les ordinateurs avancés. On peut l’exploiter dans l’espace, en l’extrayant d’astéroïdes et de lunes inhabitées, mais il est rare et peu abondant. Aujourd’hui, il existe encore de nombreuses exploitations minières dans toute la Qy.adrant galactique par diverses races.

Presque toutes la civilisation atlante possédait également plusieurs aéroports ou spatioports. L’un des principaux se trouvait à Nazca, aujourd’hui connu. Les figures ne sont pas des dessins d’animaux, ce sont des cartes stellaires. Elles sont conçues pour être vues d’en haut. Chaque animal représente une constellation. Et elles sont placées là pour guider les vaisseaux spatiaux qui entrent sur la planète.

Par exemple, cette figure : La queue représente un portail, si on compte les doigts ils sont 15, 15 étoiles, cela représente la constellation de Chango.

Dans celui-ci, la figure ne représente pas un colibri, mais une colombe. Le bec allongé indique la direction ou le vecteur du mouvement ou de l’approche. Si on compte les plumes, elle a 11, 11 plumes. Elle représente la constellation de la Colombie.

Cette figure n’est pas un oiseau. Elle représente un aigle. Si on regarde les doigts, elle a 9 doigts. Elle représente la constellation de l’Aquila

Cette figure, par exemple, représente la nébuleuse du Hibou, également connue sous le nom de Messier 97, située dans la constellation de la Grande Ourse. Le visage ne représente pas le visage d’une personne ou d’un être, mais les deux portails de la nébuleuse du Hibou.

Chaque figure a des caractéristiques différentes, faisant référence à différentes constellations. Beaucoup de ces caractéristiques se trouvent dans les doigts ou les jambes, qui ne sont pas les mêmes.

Les figures sont un très ancien code stellaire, encore utilisé aujourd’hui, et sont destinées à faciliter la communication entre les différentes races. Rappelez-vous que la civilisation atlante était multiraciale.


Les animaux sont les voies de circulation des navires entre ces constellations. Les lignes qui relient les animaux sont des vecteurs ou des routes dans l’espace. Les lignes ont une relation mathématique entre les dessins. C’est un langage mathématique que toutes les races comprennent. Mais il s’agit de mathématiques en base 12, ce qui complique la compréhension pour les humains.


Les longues lignes qui se croisent entre les figures sont entrelacées avec des angles spécifiques et indiquent des informations d’approche, telles que la hauteur, les zones de stationnement pour les vaisseaux et la distance par rapport à d’autres bases stellaires sur Terre, comme la base stellaire de Gizeh. Géométriquement, Nazca pointe vers Gizeh.
Les lignes épaisses et longues sont les zones de stationnement. Elles indiquent les vaisseaux en fonction de leur taille ou de leur masse, ou encore de leur utilisation, comme les cargos dans une zone, les vaisseaux ouvriers dans une autre, les privés d’un côté et les militaires de l’autre. Les détails de l’endroit exact où chaque vaisseau doit se garer ne sont pas là, parce qu’ils ont été donnés comme guide par des ordinateurs, depuis la base souterraine.


Les tours de contrôle n’étaient pas utilisées, car il n’est pas nécessaire d’être présent dans un bâtiment. Il s’agit d’une interprétation humaine, qui dicte ou indique le niveau de technologie.

Les contrôleurs étaient sous terre, comme aujourd’hui, et tout était géré par un hologramme ultra détaillé. Une salle pleine d’ordinateurs, placés en demi-cercles autour d’un énorme hologramme. La taille de l’hologramme varie, selon la région, la base ou la planète entière. Avec zoom à volonté.
Ensuite, chaque vaisseau y apparaît en approche ou à l’atterrissage, avec des petites lettres indiquant ce qu’il est ou sa vitesse, son vecteur, sa hauteur, son taux d’ascension et d’autres données. Vous pouvez les diriger à partir de là, leur dire quels changements effectuer et vers quel point précis se diriger. Aujourd’hui, les vestiges se trouvent toujours sous la Terre.


C’est-à-dire que toutes ces lignes et ces dessins sont des informations, ce sont des guides pour les manoeuvres, la position, les coordonnées, les vecteurs de mouvement et les aires de stationnement pour les grands et les petits vaisseaux. Comme le seraient aujourd’hui les couloirs de circulation aérienne pour nos avions et les indications que nos pilotes doivent suivre sur les pistes d’aéroport. Tout était conçu pour être vu d’en haut. Les lignes et les figures ont été réalisées avec l’impression du rayon tracteur des vaisseaux, la même technologie utilisée pour les agroglyphes.

 


Un autre des plus importants spatioports de la civilisation atlante se trouvait à l’ouest de Gizeh, rempli de figures animales exactement comme celles de Nazca. Il y avait également une ville souterraine qui soutenait cette base stellaire, une muette. Aujourd’hui, la base et les figures y sont toujours présentes, bien qu’enfouies sous les sables du désert.


Reflexions de l’auteur: Lorsque nous analysons notre histoire, nous ne rencontrons pas seulement le problème de la datation, que j’ai mentionné précédement. Non seulement nous constatons que d’autres civilisations se sont installées plus tard, altérant d’une certaine manière aussi bien les bâtiments que les gravures en modifiant l’original, mais la cabale, les contrôleurs, ont détourné une partie de notre histoire. C’est-à-dire qu’ils nous ont enlevé ce qui était vraiment important et nous ont laissé les miettes.

Parce que l’histoire est le pouvoir, la connaissance est le pouvoir. Les contrôleurs le savent très bien, car ils ne sont pas au pouvoir depuis des milliers et des milliers d’années par manque d’intelligence. De plus, ils nous ont soumis à un contrôle mental très profond, altérant notre perception de la réalité, altérant notre réalité à tel point qu’ils ont en quelque sorte programmé ce que nous verrons comme la réalité et ce que nous ne verrons pas.

C’est-à-dire, ce que nous verrons comme la vérité ou la réalité ou ce que nous verrons comme de la fantaisie ou de la science-fiction. C’est pourquoi certaines personnes peuvent lire cette histoire et l’identifier rapidement comme un film de science-fiction, comme Star Wars ou Star Trek, et la minimisée et la stocker à cet endroit dans leur cerveau, et c’est ainsi que nous avons été soigneusement programmés.


Citation de de Swaruu d’Erra :


Ils placent la science-fiction comme un fantasme et imposent une fausse réalité comme quelque chose de valable. Ce qui se passe, c’est que c’est inversé : la science-fiction est la vérité, et ce qu’on vous impose dans les informations, dans les universités et les écoles comme étant la réalité, sont de la fantaisie. Ainsi, de nombreuses choses qui relèvent de la science-fiction sont des vérités cachées au grand jour, que les gens prennent pour de la fantaisie. Ainsi, lorsque des gens comme nous apparaissent, ils le prennent comme cela , comme de la fantaisie.
C’est à dessein, pour éloigner les masses de la vérité. Ils sont  tous programmés, avec le contrôle de l’esprit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.