La véritable histoire de Jésus 4

En 2008 l’équipe des Taygetiens a contacté des centaines de personne sur Terre pour le programme officiel « premier contact ». Le programme n’est plus d’application depuis, cependant Swaruu et l’équipe Taygetienne ont continué le contact avec Robert et Gosia de Cosmic Agency. Les thèmes enseignés et divulgués sont d’ordre spirituels, métaphysiques, historiques, scientifiques, et technologiques.

Les informations ne sont pas canalisées. Elles sont directement écrites utilisant les technologies terrestres via internet.

C’est la première fois de l’histoire qu’une race extraterrestre partage directement de telles et énormes quantités d’informations.

C’est le moment de nous réveiller et d’en apprendre plus sur la réalité qui nous entoure !

Les principaux contacts :

Swaruu de Erra (Yazhi Swaruu) est une jeune femme de l’étoile Taygeta dans les Pléiades et vient d’une de ses 4 planètes – Erra.

Elle est pilote de chasse, experte en ligne de temps (timelines), et guide spirituel pour nous tous aussi bien que l’équipe des Taygetiens elle-même.

Anéeka de Temmer est une jeune femme de l’étoile Taygeta dans les Pléiades et vient d’une de ses 4 planètes – Temmer.

Elle est arrivée en orbite terrestre en avril 2016, son rôle dans le groupe est chef des analystes terrestre autant que pour les données spatiales. De plus, et parmi d’autres tâches, sa spécialité est portée sur les « ordinateurs » holographiques à bord.

Article Cosmic Agencypublié le  (27/02/2021) et traduit par Didier Bonneville de l’Alliance française interstellaire.

 

Arsinoé (Sœur de Cléopâtre) et Marie Madelaine (Swaruu de Erra)

Swaruu :

Arsinoé et Cléopâtre (Hollywood) : les historiens ont tort avec leur apparence. Ce qui se passe est qu’on suppose qu’elles doivent refléter l’ethnicité de la région. Mais ainsi que d’autres historiens le savent, les lignées royales de l’Égypte viennent d’Irlande (et hors-planèt

C’était au cours de l’année 46 ou 47 avant Jésus Christ. Les forces romaines de Jules César avaient presque occupé toute la zone côtière de la Méditerranée orientale. Seule l’Égypte était encore un pays souverain et négociait sa reddition, malgré la résistance à l’invasion romaine persistante en certains lieux et certains opposants.

Il y avait deux courants parmi les cercles du pouvoir en Égypte. Un courant prônait la pleine coopération avec Rome, avec une autorité partagée ou avec la promesse de rester au pouvoir (du côté de Cléopâtre). L’autre courant voulait résister à l’envahisseur et organiser la lutte du peuple contre Rome (du côté d’Arsinoé).

 

L’histoire humaine dit qu’elles étaient sœurs. Il y avait les frères : Ptolémée XIII, Ptolémée XIV, et les sœurs : Arsinoé IV, Bérénice IV d’Égypte, selon la version officielle.

Quand le Roi (appelé à tort Pharaon) mourut, Ptolémée XII laissa le Royaume à son fils aîné Ptolémée XIII. Et comme ce dernier n’avait que 11 ans, il a légua à parts égales le pouvoir à sa fille aînée Cléopâtre qui était âgée de 18 ans.

Comme c’était la coutume, ils étaient mariés.

Mais Ptolémée XIII était d’accord avec la position de sa sœur Arsinoé, pour ne pas coopérer avec les Romains au motif que c’était la volonté générale du peuple égyptien. Cléopâtre était en désaccord et comme elle était plus âgée que Ptolémée XIII, c’est elle qui était vraiment au pouvoir.

À cette époque, les Romains possédaient déjà une base à la périphérie d’Alexandrie, et comme ils se préparaient à une invasion majeure, ils étaient en grand nombre sous le commandement de Jules César en personne.

Ptolémée et Cléopâtre finirent par se disputer. Alors Arsinoé et Ptolémée XIII l’expulsèrent d’Égypte, vers le bas du Nil, elle et ses gardes.

Ce fut une grave erreur car après quelques semaines seulement, Cléopâtre revint s’infiltrer à nouveau dans le palais royal.

Quand Cléopâtre partit, elle entama des négociations avec Jules César au nom de Ptolémée XIII et d’Arsinoé. Jules César séjourna comme invité au Palais Royal.

Infiltration de Cléopâtre dans le palais royal, selon l’historien romain Plutarque:

Cléopâtre entra à Alexandrie dans une petite chaloupe et débarqua juste à côté du palais, juste après la tombée de la nuit. Elle s’était enveloppée dans une épaisse couverture nouée avec une corde épaisse et ses complices la portèrent jusqu’à la chambre de César.

Puis à l’intérieur de la chambre de César, elle sortit de ses enveloppements et entra dans le lit de Jules, prête à se révéler à lui juste au moment le plus opportun. Cela montre la volonté de Cléopâtre qui était capable de tout pour atteindre ses objectifs. César avait 52 ans, elle n’en avait que 22.

Plutarque.

Cette action est un acte de haute trahison volontaire envers sa famille royale et envers l’Égypte.

Elle avait abîmé ses cheveux, déchiré ses vêtements et modifié son maquillage comme si elle avait pleuré. C’était une mise en scène pour manipuler Jules César. Mais tout était calculé, elle n’avait pas versé une seule larme.

Et avec cette apparence, elle lui demanda : « Oh puissant César, j’ai été privée de mon droit d’aînesse en tant que reine d’Égypte et je vivrai en exil pour l’éternité si toi, oh César, ne me rends pas le destin qui est le mien de droit, et donc, moi, une reine, je te supplie et je me mets à tes pieds. »

Cléopâtre passa toute la nuit avec César, mais le lendemain matin Ptolémée XIII la retrouva et vit qu’elle était avec César. Et l’enfant qui était déjà en charge du pouvoir et qui savait comment l’être, jeta son diadème et s’enfuit en criant que Cléopâtre l’avait trahi et qu’avec lui elle avait poignardé dans le dos toute l’Égypte.

Ptolémée XIII mobilisa son armée, Jules César la sienne, et une grande bataille sanglante commença. Les forces de César se lancèrent à l’assaut du palais et prirent en otage Arsinoé et Ptolémée XIII. César lui-même saisit par le bras Ptolémée XIII, qui n’était qu’un enfant, et le traîna dehors.

Pendant ce temps dans le port les soldats romains attaquaient et mettaient le feu aux navires égyptiens ainsi qu’à la ville d’Alexandrie. Alors, les soldats égyptiens cessèrent de combattre les Romains pour tenter d’éteindre les incendies et pour sauver la ville.

Les forces romaines allèrent ensuite s’emparer du grand phare d’Alexandrie Faros. Car celui qui contrôlait l’île où se trouvait le phare contrôlait tout le trafic maritime qui entrait et sortait du port d’Alexandrie. Ils prirent le contrôle du grand phare de 100 mètres de haut, l’une des prétendues merveilles du monde antique et emblème royal de la famille Cléopâtre.

Arsinoé réussit à échapper aux Romains en sautant d’une fenêtre et en nageant le long du Nil. Elle s’éloigna en nageant et réussit à contacter immédiatement les dirigeants et les généraux égyptiens qui faisaient de leur mieux pour affronter les légions romaines tout en tentant de sauver la ville des flammes.

Alors les généraux et le peuple opposé à Rome proclamèrent cette nuit là Arsinoé comme étant leur reine, celle qui les conduirait et les guiderait contre l’occupant Romain.

Pendant ce temps les Romains avaient placé leur base opérationnelle sur l’île de Faros. La confiance dans leurs propres capacités militaires était exagérée et avaient largement sous-estimé celles des Égyptiens.

La contre-attaque fut dévastatrice parce que les Romains étaient pris au piège. Pour sauver sa vie, Jules César dût nager pour se réfugier sur l’un de ses bateaux les plus proches. Le grand Jules César avait été vaincu par Arsinoé qui n’avait que 16 ans.

Mais ça n’a pas duré longtemps.

Pendant le combat le jeune Ptolémée XIII tenta d’échapper aux Romains en nageant. Mais dans cette tentative, chargé de ses ornements royaux en or, il ne put flotter et se noya. Cléopâtre réussi ainsi sans rien faire à vaincre son premier rival pour le trône d’Égypte. À ce moment-là, elle se trouvait sur l’un des navires de guerre romains avec Jules César.

Quelques jours plus tard, César revint avec des renforts de Syrie, des combattants romains et des légions d’élite. Ils contre-attaquèrent et reprirent le contrôle du palais royal d’Alexandrie.

Mais les Romains n’envahirent pas l’Égypte… Ils la donnèrent à Cléopâtre en proclamant qu’elle en était la reine incontestée. Et par tradition elle devait épouser son jeune frère Ptolémée XIV qui n’était qu’un petit garçon.

Arsinoé fut arrêtée, emprisonnée dans le donjon du palais et surveillée par deux gardes. Jules César donna des instructions pour qu’elle soit emmenée à Rome dès que possible.

Cléopâtre affirma qu’elle était la réincarnation de la déesse Ishtar pour gagner le respect du peuple égyptien. Mais en même temps Arsinoé prétendit être aussi la réincarnation d’Ishtar elle-même. Ce qui provoqua la confusion et le scepticisme chez les Égyptiens des deux camps. Mais comme c’était Cléopâtre qui était au pouvoir, ils se mirent à la voir comme étant Ishtar.

C’est ainsi que naquit le concept de l’Ishtar noire et de l’Ishtar blanche.

À l’aide d’une ruse, les serviteurs de nuit fidèles à Arsinoé parvinrent à atteindre l’extérieur de la petite fenêtre du donjon. Ils versèrent de l’acide sur la base des barres. À l’aide d’une barre, ils réussirent à en casser certaines et à en plier d’autres. Ce qui suffit pour qu’Arsinoé, qui était de petite taille et mince, passe à travers le petit trou qui avait été préalablement nettoyé de l’acide à l’aide d’eau du Nil et de quelques couvertures en tissu.

De là, ils l’emmenèrent dans une petite chaloupe et, dans l’obscurité nocturne, ils traversèrent le Nil pour rejoindre une petite caravane. La caravane avec une voiturette étaient fournies par la résistance contre les Romains. De là, cachée et habillée comme une paysanne, Arsinoé fut emmenée en Palestine dans la petite ville de Magdala sur la rive occidentale de la mer de Galilée.

A Magdala, elle fut contactée par des membres de la résistance contre l’occupation romaine. Beaucoup savaient déjà qu’Arsinoé avait échappé aux Romains quelques semaines plus tôt. Ils avaient confiance car ils savaient qui elle était. Elle commença bientôt à donner ses conseils et à initier les dirigeants palestiniens et juifs, à leur donner des idées sur la manière de combattre les Romains.

Elle leur enseigna la stratégie militaire contre les Romains et introduit les concepts de guérilla et de combat asymétrique. En même temps et comme c’était sa nature, elle commença à donner ses enseignements sur la conscience et sur le fonctionnement de l’Univers, et expliqua comment traiter les gens. Peu à peu et même sans qu’elle le veuille, sa popularité grandit dans la région.

Cependant, pour se faire entendre par une certaine catégorie de gens, elle ne pouvait pas le faire en tant que femme. Elle utilisa donc un « ami » proche qui était venu la chercher seulement quelques semaines auparavant.

Il est connu sous le nom d’Azazel. Elle lui donna ses enseignements et il les diffusa comme étant les siens. On l’écoutait parce qu’il était un homme.

Ils continuèrent ainsi pendant environ 2 ans, plus ou moins en paix, en esquivant sans cesse les légions romaines et leurs enquêtes sur les rebelles et leurs dirigeants.

Mais les Romains finirent par découvrir précisément de qui et d’où venaient les ordres de guérilla et les instructions contre les forces d’occupation. Et il y avait aussi un traître qui indiqua aux Romains qu’Arsinoé se cachait dans la région de la Galilée.

Ils arrêtèrent Arsinoé, mais elle reçut encore de l’aide pour s’échapper par la mer. Quittant par bateau le port qui s’appelle maintenant Haïfa, elle commença son voyage loin de la Palestine avec l’intention d’atteindre l’Irlande et l’Écosse pour se mettre sous la protection des Druides, des Celtes et de leur résistance contre les Romains.

Azazel resta en arrière pour couvrir sa retraite, avec l’intention de s’échapper également sur un autre navire. Mais il fut accusé d’inciter à la rébellion de masse, arrêté et pendu à un arbre.

Arsinoé continua son voyage en bateau jusqu’à ce qu’elle atteigne l’île de Malte pour se ravitailler. Là, on l’informa que les Romains avaient encerclé le détroit de Gibraltar pour empêcher son évasion, puisque Cléopâtre savait qu’elle avait l’intention d’atteindre l’Irlande et l’Écosse.

C’est ainsi qu’à Malte, un nouveau plan fut conçu prévoyant d’atteindre la côte sud de la France, et avec l’aide des Gaulois et de la résistance française contre Rome, de traverser la France par voie terrestre, d’atteindre la Manche où elle embarquerait de nouveau vers la Grande-Bretagne et de là vers l’Écosse et l’Irlande.

Deux semaines et demie plus tard, le petit navire atteint la côte de France, juste au sud de Montpellier d’où elle contacta la résistance française qui accepta de l’aider à traverser la France par voie terrestre.

Mais peu après, dans la région de Carcassonne, son convoi fut intercepté et poursuivi par une patrouille romaine. Les Romains savaient très probablement qu’ils avaient affaire à Arsinoé étant donné l’importance des moyens qu’ils avaient mis en œuvre pour tenter de l’arrêter.

Ainsi, elle et son groupe furent forcés de se déplacer vers le sud et de chercher refuge dans la région française des monts Cathares où elle resta pendant près d’un an, au terme duquel elle reprit son voyage à travers la France.

Quelques jours plus tard, dans la région où se trouve aujourd’hui le château de Montségur, ils furent arrêtés par la cavalerie romaine et Arsinoé fut arrêtée, enchaînée et, les jours suivants, emmenée dans une cage jusqu’à Rome où Jules César la reçut comme trophée de guerre.

Jules César la condamna à mourir au Colisée, à être dévorée par des bêtes sauvages. Elle fut enfermée dans le Colisée pendant que les Romains préparaient le grand événement.

Ils construisirent une énorme réplique du Phare d’Alexandrie, qui était perçu comme étant l’emblème de la Famille Royale d’Égypte et d’Arsinoé en particulier, car elle avait remporté la victoire contre Rome quelques années auparavant.

Ils prévoyaient de brûler le grand phare pendant qu’Arsinoé serait dévorée par les fauves dans l’arène. Partout à Rome fut diffusée l’annonce du grand événement et du fait que le grand Jules César avait en son pouvoir la princesse égyptienne, la Reine, celle qui avait osé l’insulter, lui et la grande Rome.

Le jour de l’événement, le Colisée (qui n’est pas le même aujourd’hui, mais un monument antérieur car le célèbre Colisée a été construit par les Flavien. Il y avait plusieurs Colisées comme on le sait) était totalement plein de foule pour la grande fête.

On attacha les cheveux d’Arsinoé, on la présenta comme une reine égyptienne, on la dépouilla de tous ses vêtements, on la déchaîna et on la mit dans une grande cage sur un char bien décoré. Comme d’habitude, une partie du spectacle consistait à regarder la victime courir pour sauver sa vie.

Le char tiré par des chevaux au son des trompettes sortit sur l’arène et fit le tour de l’arène pour que tous voient l’humiliation de la reine. Au centre se trouvait la grande réplique du phare d’Alexandrie.

Le public s’opposa au sacrifice de la reine égyptienne, hua César et demanda d’épargner sa vie. Dans la foule il y avait un homme de haute position politique proche de César nommé Claudius Vespus. Ce dernier lui dit qu’il voulait qu’Arsinoé soit son esclave personnelle et offrit à César un sac d’or pour l’achat d’Arsinoé. César rit à l’idée de

Claudius Vespus, lui dit qu’il n’avait pas besoin de posséder plus d’or, mais qu’il pouvait avoir l’égyptienne s’il le voulait. C’est ainsi que le char avec la cage dans laquelle Arsinoé était enfermée sortit de l’arène du Colisée. Arsinoé fut emmenée à la villa privée de Claudius Vespus.

Dans sa Villa, Claudius Vespus traita Arsinoé raisonnablement bien au début, lui donnant une grande chambre personnelle et lui offrant tout le confort du lieu. Mais comme prévu, il voulait utiliser Arsinoé comme une esclave personnelle, pour son divertissement sexuel. Cependant, malgré ses tentatives « civilisées » de s’approcher d’elle, Arsinoé refusa de se mettre à sa disposition.

Après seulement deux ou trois semaines, ils se disputèrent et Vespus ordonna à Arsinoé de coucher avec lui non seulement une fois, mais pour ce qu’elle était, une esclave sexuelle. Elle persista dans son refus et Vespus ordonna qu’elle soit remise aux gardes pour leur divertissement, puis fouettée. Elle fut emmenée au village des gardes où elle fut violée à plusieurs reprises et à l’aube, ils la fouettèrent jusqu’à ce que son dos saigne.

Par décret de César via Claudius Vespus, Arsinoé fut condamnée à l’exil en province, dans la ville romaine d’Efesus (ou Efesis) – qui était à ce moment-là environ 10 fois plus grande que Pompéi – où elle serait protégée des forces romaines. Elle fut forcée de vivre sous surveillance dans le temple d’Efesus, sous la garde de ses prêtres, sans pouvoir partir.

Arsinoé passa 2 ou 3 mois en Turquie jusqu’à ce que Cléopâtre découvre que sa « sœur » était toujours en vie, ce qui représentait un danger pour elle si elle revenait et parce qu’elle savait qu’elle était une instigatrice de révolte de masse. Utilisant son amant Marc Antoine, elle fit ordonner aux forces romaines d’aller au Temple et de la tuer. Une nuit, 8 soldats romains entrèrent dans le temple, la traînèrent hors de son lit par les cheveux, la portèrent au centre du temple, la mirent à terre et la tuèrent avec leurs épées.

Elle y fut enterrée dans un petit tombeau en forme de Phare : le Tombeau octogone, ou à huit côtés, comme la structure même du Phare d’Alexandrie.

 

Swaruu : Le nom de Marie — l’équivalent de la Vierge, comme dans la Vierge Marie basée sur Ishtar — et Magdalene parce qu’elle voulait qu’on sache qu’elle venait de la ville de Magdala.

Gosia : Marie-Madeleine, celle qui était proche de Jésus, on disait qu’elle était une prostituée, d’après mes souvenirs. Comment savez-vous qu’elle est liée à Arsinoé ?

Swaruu : Marie-Madeleine, celle qu’on dit prostituée (il est typique de la Cabale de toujours utiliser la diffamation pour salir les gens) était Arsinoé elle-même. On dit aussi qu’elle était la femme de Jésus. C’est parce qu’Azazel a été identifié à Jésus, et que Marie-Madeleine lui transmettait des informations. Mais c’est déjà une… altération ou déformation des événements historiques —

Gosia : Ok. Avez-vous trouvé certains des enseignements de Marie-Madeleine / Arsinoé reflétés dans les « enseignements officiels de Jésus » ?

Swaruu : C’est difficile à dire, il faudrait examiner cela plus attentivement. C’est juste que ce qu’on peut appeler « ses enseignements » ne sont pas seulement les siens, c’est-à-dire qu’ils font partie d’un bloc de connaissances qui est très ancien.

Un autre point qu’il est très important de souligner et de préciser très clairement :

Laissons de côté la caractéristique non linéaire du temps. Le temps est linéaire seulement le point de vue de la perception progressive de l’expérience de vie d’un individu. Ces événements ne coïncident pas entièrement (sauf pour la plupart) avec ce que décrivent les Écritures. C’est parce que Josèphe et ses scribes ont modifié toutes les dates pour qu’elles coïncident artificiellement avec leurs agendas et avec leurs écrits.

L’histoire de Jésus n’est rien de plus qu’une compilation astrologique mêlant le paganisme local (comme Osiris-Ishtar), le paganisme judaïque (comme Akhenaton-Moïse), le paganisme gnostique axé sur le proto judaïsme ancien, et un mélange d’anecdotes tirées des campagnes militaires de Titus et modifiées.

Les enseignements de Jésus viennent presque entièrement du stoïcisme romain, promu précisément par les Flavien Vespasien et Titus. Cela est très évident compte tenu la position constante pro-romaine de Jésus.

Non seulement avec le « Rendez à César ce qui appartient à César », mais aussi dans plusieurs passages bibliques, Jésus dit à ses disciples qu’ils doivent payer leurs impôts à Rome. C’est très révélateur, car il s’avère que les rebelles palestiniens et toute la région refusaient justement de payer des impôts au nom du peuple de Galilée.

Presque rien de ce qui est attribué à Jésus, pour peu que l’on cherche ailleurs, n’est vraiment et uniquement de lui.

Marie (dont le nom est équivalent à Ishtar) Madeleine était une agitatrice de masse qui prônait la désobéissance civile. Parfois, elle travaillait avec Azazel, mais pas toujours.

De nos jours, dans le Nouvel Age, toujours pareil. On demande aux êtres spirituellement avancés de ne pas se battre, et même qu’ils tendent juste l’autre joue. Cela vient du stoïcisme romain, aujourd’hui repris dans le Nouvel Age. Les gens du Nouvel Age qui ne se défendent pas pratiquent en fait le stoïcisme romain et c’est ce que la Cabale veut ; réutiliser ces formules pour calmer et contrôler les masses, en particulier les soi-disant « éveillés. »

Prenons l’exemple de Dhor K’aal’el. Cette image représente sur le bateau sur lequel se trouvent plusieurs chats avec des personnalités diverses. Il y a Lune qui est un chaton très affectueux et qui est tout amour. Il ne se défend d’aucune attaque. Il appelle à l’aide seulement quand il est dérangé. Et donc tout le monde le taquine juste pour le plaisir.

Puis il y a l’autre extrême, La Cali, « Teresa » qui est ici la chatte alpha. Elle se met en colère et attaque tous les autres chats. Et donc personne ne s’approche d’elle. Mais elle vit dans une colère constante.

Et puis nous avons Ari, un chat très calme qui ne cherche aucun conflit. Mais si on le dérange, il se défend. Il vit en paix, heureux et calme. Il s’adapte. Ne soyez pas comme Cali-Teresa, ni comme Lune. Soyez comme Ari.

—————-

Revenons à Arsinoé / Marie-Madeleine. Il est clair qu’une partie de ce qu’elle et Azazel ont vécu a été utilisée par Josèphe et ses scribes dans le but précis de salir et de diminuer l’influence subversive d’Arsinoé Marie-Madeleine. C’est pourquoi ils la décrivent comme étant une prostituée. Parce qu’elle a causé beaucoup de problèmes aux Romains en étant l’un des chefs de la résistance dans la région palestinienne.

Il fallait raconter une histoire favorable aux Romains en discréditant Arsinoé, qui était la seule femme à avoir vaincu militairement Jules César. Ils l’ont effacée de l’histoire.

Cléopâtre et Arsinoé insistèrent pour être Ishtar afin de gagner la loyauté des Égyptiens. Et de là deux Ishtar ont été créées, la blanche et la noire. Cléopâtre fut considérée comme un symbole et comme une icône…

comme Ishtar, celle que la Cabale vénère, à laquelle ils bâtissent des temples comme celui de Notre-Dame. Parce qu’elle leur a donné l’Égypte, ce que la Cabale voulait depuis longtemps depuis l’époque de Néfertiti et d’Akhenaton. C’est pourquoi il y a une Ishtar blanche et une Ishtar noire.

Cléopâtre est seulement considérée comme « positive » parce que la Cabale la soutient comme ce qui se passe avec Enki et Enlil. Cléopâtre est la « bonne » parce qu’elle les a servis, elle leur a donné l’Égypte. Arsinoé est la « mauvaise » parce qu’elle s’est battue contre eux.

Comme je vous l’ai déjà dit, nous ici, ou moi dans ce cas, représentons le côté d’Enlil qu’ils représentent toujours comme le mauvais et Enki comme le bon et ils relient Enki à Akhenaton-Moïse et puis à Jésus. Tout est à l’envers et rappelez-vous que c’est ainsi parce l’histoire est racontée du point de vue de la Cabale. C’est le vainqueur qui écrit les histoires, mais elles diffèrent de la réalité.

J’ai toujours été la « mauvaise » instigatrice de la révolte des masses, le problème. Mais c’est à chacun individuellement de voir et de croire. Je sais seulement qu’au fond de moi il y a une volonté de se battre et de ne jamais abandonner, même dans la mort. Revenir comme une mauvaise herbe pour protéger ceux qui ne peuvent pas se défendre. Je sais juste que quelque chose me touche, et je continue… Je continue d’haranguer les masses, je continue d’être problématique. Je soulève les gens pour qu’ils se battent, mais avec des tactiques et pour la défense. Oui, pour que vous vous défendiez.

Ce que je vous ai dit sur Arsinoé est la version « légère » à publier, parce que je pourrais entrer dans des détails nauséabonds, mais il serait impossible pour les gens de comprendre comment se fait-il que je connaisse tant de détails. On pourrait passer des mois sur des vidéos d’Arsinoé. C’est un sujet énorme et ce que j’ai dit dans ce que j’ai écrit aujourd’hui n’en n’est qu’une petite partie.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.