Enquête des forces spéciales de Taygeta en Ukraine

 

Article original en anglais publié le 23 mars 2022 par Cosmic Agency,

 

Par Swaruu X (Athena)

 

Swaruu X (Athena) : Comme vous le savez, une équipe Hashmallim ( force spéciales de TAYGETA ) est descendue en Ukraine ces derniers jours. La nuit dernière, nous les avons récupérés et j’y étais. Ce qu’ils ont vu et ce que nous avons vu là-bas… va faire couler beaucoup d’encre dans les jours à venir.

La guerre en Ukraine est une guerre de style Covid. Tout est fait par les médias. Bien sûr qu’il y a des réfugiés. C’est certain. Mais le gouvernement ukrainien est de connivence avec le gouvernement russe et la Cabale pour créer une affaire médiatique. Il y a des morts oui, mais pas comme, ni les raisons annoncées. Et même tout cela reste obscur et nous ne pouvons toujours pas savoir ce qui se passe exactement là-bas ou ce qu’ils veulent faire avec ça.

Robert : De l’armée russe plus de 10.000 pertes.

Swaruu X (Athena) : Ce n’est tout simplement pas vrai, c’est plus des mensonges avec le même agenda comme dans cet exemple de comparaison : Il y a 10.000 morts  de Covid en Allemagne / Il y a 10.000 morts russes en Ukraine. Même mensonge. Des milliers de réfugiés OUI. Fuyant la guerre, exécutées de manière médiatique. Et comme une note secondaire importante, les réfugiés, bien qu’ils soient des milliers et des milliers, ils ne représentent pas la masse totale du peuple ukrainien, loin s’en faut <—-.

Laissez-moi vous informer de ce qu’ils ont vu et de ce que nous avons vu. Alenym a envoyé ses forces spéciales pour voir ce qui se passe depuis le sol. 4 Hashmallim sont descendus. Ils voulaient aller voir ce supposé laboratoire Pfizer de graphène que les Russes avaient signalé. Et il s’est avéré que c’etait une ancienne installation d’armes biologiques de l’ancienne Union soviétique.

 

 

(Note d’Alenym : Cependant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de laboratoires, et nous le savons. Cependant, il ne sagit pas spécifiquement  de graphène  mais de développement d’armes chimiques ou biologiques. Juste que les Hashmallim ne les ont pas vus. L’Ukraine est grande. Ils n’y étaient que pendant quelque jours).

Swaruu X (Athena) : Ce qu’ils ont vu, ce sont des villages détruits et brûlés. Des petits villages, pas des grandes villes. En plus déserts. Mais les Hashmallim sont des militaires, ils savent ce qu’ils regardent. Ces villages ont été détruits non pas par la guerre ou les combats, mais volontairement. Ce qu’ils y ont vu n’a aucun sens, de village après village, tous près des frontières avec la Pologne et de la Roumanie. Plus loin en Ukraine, ils n’ont rien vu d’inhabituel, rien de déplacé. Aucun signe de guerre. Des gens menant une vie presque normale, mais avec une forte présence policière, pas militaire. Présence de barricades dans les rues, de fils de fer barbelés. Mais pas de combats ni de destruction de véhicules blindés. Mais la présence de nombreux avions qui passent au-dessus de nos têtes, comme je l’ai déjà dit.

La situation était plus marquée en arrivant à Kiev, car il ne s’y passait RIEN. Il y a beaucoup de nourriture dans les supermarchés et une circulation normale dans les rues. Juste un couvre-feu de 20 heures à 8 heures du matin. Internet limité localement, c’est-à-dire que le signal est limité à l’Ukraine, de même pour la téléphonie mobile et la téléphonie fixe. C’est-à-dire que ce qui se passe en Ukraine ne quitte pas l’Ukraine. Aucun civil ne peut signaler quoi que ce soit. Mais les services fonctionnent en interne. Il y a aussi de l’ électricité, et tout est normal.

Ce qu’ils ont vu en grand nombre dans plusieurs villes ukrainiennes, notamment à Kiev, ce sont des convois entiers, des centaines de camions d’équipements de CINÉMA. Décors, grues, systèmes d’éclairage, etc. Tous remplis de journalistes de Matrix. Des hôtels remplis à ras bord de journalistes et d’équipes de tournage.

Puis ils ont vu des voitures supposées être brûlées dans les rues et de vieux véhicules blindés, certains brûlés et placés artificiellement à chaque endroit, des grues posant des véhicules blindés dans la rue, les réalisateurs leur disant de les mettre plus bas s’il vous plaît. Des acteurs de la crise, des camions et des camions de maquillage et d’effets spéciaux. Beaucoup de remorques ou de caravanes pour les acteurs aussi. Comme le disent les Hashmallim, il y a là plus de reporters avec des caméras que de soldats avec des fusils.

Kiev a reçu un afflux important de réfugiés venant d’autres régions d’Ukraine, et la police les ont mis dans les souterrains pour la nuit. Et la nuit dernière, et je l’ai vu moi-même, ils ont fermé toutes les portes des souterrains et les journalistes sont entrés pour prendre des photos de ces refugiés tous entassés à l’intérieur. Tandis qu’à l’extérieur, une seule camionnette de police fait le tour du pâté de maisons avec la sirène de temps en temps, créant l’illusion du danger. Avec un seul policier à l’intérieur.

La souffrance est réelle, les gens sont en crise, perdent leurs maisons, leurs vies, mais la guerre est fausse comme le Covid. Et c’est la deuxième guerre de cette nature, la première était la guerre du Golfe Persique de 1991, qui était semi-médiatisée. Celle-ci semble être complètement inventée.

Malgré tout, l’OTAN est aux frontières et attend les ordres, ça ressemble à un nid de frelons avec autant d’avions et autant de blindés. La même chose du côté russe. Les soldats croient sûrement que c’est réel, que ça devrait être comme ça. Mais ce que vous voyez aux infos, c’est Hollywood.

J’ai extrait le Hashmallim avec Suzy II. J’étais dans la banlieue de Kiev. Ils ont un vieux complexe de bâtiments départementaux de style Union Soviétique, de cette époque. Ils ont des véhicules de cinéma autour, et ils mettent des explosions pyrotechniques à l’intérieur. Il a l’air détruit parce qu’ils l’ont détruit exprès. Ils mettent le feu ici et là, créant l’illusion de la guerre. Tout cela pour faire croire aux gens que les Russes ont attaqué des immeubles d’habitation, des appartements de personnes, des appartements de civils.

J’étais là. Les pieds sur l’herbe, regardant tout ça au loin pendant que les Hashmallim apportaient leur équipement. Pas de bruits de guerre. Juste des grillons et des insectes, à l’approche du printemps.

Le problème, c’est que nous n’avons toujours pas une vue d’ensemble. Rien ne colle, mais la guerre telle qu’elle est présentée aux infos, ce n’est définitivement PAS ce qui se passe. C’est un autre faux drapeau.

Mais j’insiste sur le fait que les gens souffrent et qu’ils croient que quelque chose se passe, surtout les réfugiés. Ils croient qu’il y a une guerre, principalement grâce aux médias et à ce que leur gouvernement local leur dit.

Il est très probable que les soldats ukrainiens aient attaqué des villages civils pour faire croire aux gens que c’étaient les Russes. Il est tout à fait possible qu’il y ait eu des affrontements réels mais brefs et locaux entre les Russes et les forces ukrainiennes. Mais jamais à l’échelle de ce qu’on raconte dans les journaux télévisés.

Étant donné que j’ai vu des convois de réfugiés à pied escortés par des véhicules blindés russes, et d’après tout ce que nous savons, la Russie coopère à ce plan odieux. Donc je ne contredis pas mon précédent rapport, mais j’ajoute simplement à ce que nous savons. Mais ce n’est que du cinéma

 

 

Gosia : Merci Athena. Une question, je ne comprends pas une chose. De quoi les réfugiés, et ils sont des milliers, s’enfuient-ils si rien ou pas grand-chose ne se passe ?

Swaruu X (Athena) : Pour la même raison que les gens portent des masques. A cause de la peur de la guerre, en prenant pour acquis qu’elle se passe « à côté », et ceux « à côté » croient qu’elle se passe en premier lieu ou ailleurs. Comme pour le Covid, ils croient que l’autre personne est en train de mourir, et l’autre personne croit que c’est la première personne qui est en train de mourir. Ils considèrent toujours comme acquis que cela se passe ailleurs, même si cela ne se passe pas ailleurs. C’est la guerre des médias qui les fait fuir, car ils croient au théâtre télévisé hollywoodien qu’ils montrent aux informations.

En plus qui sait qui des Ukrainiens ou les Russes, ou les deux, ont attaqué les petits villages pour commencer l’exode.

(Note d’Alenym : D’après les drones, nous concluons qu’il y a quelques combats, dans les zones frontalières, dans les zones essentiellement évacuées des civils. A l’intérieur de l’Ukraine, nous n’avons pas vu de signes de guerre).

Robert : Et ces 500 prisonniers que Poutine veut livrer, c’est réel ? J’imagine que oui.

Swaruu X (Athéna) : On ne le sait pas. Il est très possible que même cela ne soit pas réel. Nous ne savons pas ce qui se passe. Nous vous rapportons simplement ce que nous avons vu et rassemblons les pièces du puzzle. Ce n’est pas parce que nous sommes allés en Ukraine, ou que nous avons survolé l’Ukraine, que nous savons tout ce qui s’y passe. Mais ce que nous avons vu là-bas ne semble pas bon, ce n’est pas la guerre. Cela ressemble à un faux drapeau pour déplacer leurs pièces pour installer leur Nouvel Ordre Mondial. Ils génèrent un effondrement économique, ou du moins c’est ce qu’il semble, car cela pourrait aussi n’être que du théâtre.

 

Gosia : Et s’il n’y a pas de guerre, pourquoi font-ils voler tous ces avions et ont-ils tous ces chars et y a-t-il l’OTAN à la frontière ?

Swaruu X (Athena) : Parce que nous avons déjà vu que soit ils ne savent pas non plus, soit ils vous servent des mensonges qui vont avec le récit. Ou ils pourraient créer l’illusion de la guerre que nous voyons pour provoquer un conflit plus important. C’est l’un des principaux objectifs de la création d’une guerre avec l’utilisation des médias, pour stimuler l’économie de guerre, pour créer la séparation et la haine entre les deux camps parce que les soldats croient qu’il y a une réelle rivalité entre les nations.

Gosia : Ok. Et les soldats qui sont là, tous, je suis sûr qu’à un moment donné ils diront : Nous n’avons PAS combattu contre qui que ce soit. Non ?

Swaruu X (Athena) : Oui exactement, mais les soldats pourraient aussi sortir en disant qu’ils ont combattu. Et peut-être qu’ils se sont battus, mais pas à l’échelle qu’ils vous disent. Je veux dire, une escarmouche entre Ukrainiens et Russes dans un village fera 5 Russes et Ukrainiens blessés et tous bandés que les médias utiliseront pour faire croire que la guerre est quelque chose de plus grand. Ou même pas, car ils peuvent très bien utiliser des acteurs de crise pour représenter ces soldats blessés.

Robert : Bien sûr qu’ils se sont battus, parce que les informations sont compartimentées.

Swaruu X (Athena) : Exactement.

Nous ne savons pas et n’avons aucun moyen de savoir à quelle échelle ils se battent réellement et quelle est la part de mensonges relatif aux faux drapeaus. Mais la plupart sont médiatiquement faux, et c’est vrai.

Gosia : Et qu’en est-il des généraux russes soi-disant morts, soi-disant tués, et des régimes entiers tués, cela peut-il être falsifié ? Parce que vous pourriez savoir si tel ou tel général est mort ou non.

Swaruu X (Athena) : Je n’ai pas la réponse. Mais rien ne colle. Il se pourrait qu’ils soient déjà morts. Je spécule. Il y a beaucoup d’incertitude, tout est trouble. Et les gens se tournent vers nous pour avoir des réponses, mais à ce stade, nous ne pouvons pas toutes les avoir. Nous rapportons juste ce que nous avons vu, nous ne sautons pas aux conclusions. Et il est très difficile pour nous d’obtenir plus d’informations.

Cependant, il semble clairement que ce ne soit que des médias. J’ai exposé ce que nous avons vu directement, sans intermédiaire, et directement depuis l’Ukraine. Il n’y a définitivement pas de guerre en cours à l’échelle que les médias de  officiels vous montrent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.