Fausses missions Apollo

Dans cet article, Swaruu de Erra demontre comment les missions Apollos ne sont que des supercheries …

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

Robert : Avec la fusée spatiale actuelle, pourrait-on traverser les bandes de Van Allen ?

Swaruu (9) : Vous ne pouvez pas traverser les bandes de Van Allen avec un vaisseau à réaction (fusée) parce qu’il maintient une fréquence 3D qui, lorsqu’elle est confrontée à la fréquence 5D, crée ce qui, depuis la 3D, est interprété comme une zone de haute radiation ionisante qui ferait littéralement cuire les occupants et le vaisseau lui-même dans quelque chose de plusieurs milliers de fois plus fort que l’intérieur d’un four à micro-ondes.

Les bandes doivent être « traversées » et ne peuvent être réalisées qu’avec un vaisseau qui modifie la fréquence de son intérieur et de lui-même. Celles que nous appelons d’immersion totale en énergie électromagnétique toroïdale, car vous êtes alors à l’intérieur d’un cocon électromagnétique qui vous protège de ces rayonnements. C’est également de cette manière que les vaisseaux sont protégés des débris spatiaux, de la poussière et des roches dans l’espace et d’autres menaces.

Robert : Merci beaucoup. Je peux donc en déduire que l’homme moderne avec sa technologie officielle n’aurait jamais pu atteindre la Lune. Toutes les missions étaient fictives ? Mais les satellites non habités peuvent-ils traverser ?

Swaruu (9) : Vous avez raison. Le vol vers la Lune des missions Apollo est fictif et était du théâtre. Les vaisseaux spatiaux non habités comme les vaisseaux spatiaux Pioneer et Voyager sont réels, mais ils sont non habités et ont leur électronique fortement blindée pour passer la barrière.

 

Robert : Tous les gens qui croient encore aux missions Apollo, c’est quelque chose dont nous avons parlé plusieurs fois et qui est très clair pour moi, mais l’excuse qu’ils donnent est que les fusées quittent habituellement l’atmosphère par l’un des pôles, parce que selon eux, les bandes de Van Allen y sont plus petites ou il n’y en a presque pas. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ? Je suis clair à ce sujet, mais pour ceux qui ne sont pas aussi clairs ou plus dans les théories officielles, merci.

Swaruu (9) : Regardez simplement un tore dans votre esprit. Vous verrez que la concentration d’énergie est maximale au niveau des pôles. La représentation artistique des bandes de Van Allen les dépeint toujours comme des beignets ouverts aux extrêmes. Elles ne sont pas comme cela. La barrière éthérique est totale et ce sont deux structures énergétiques, l’une dans l’autre, qui se renforcent mutuellement.

La quantité de rayonnement aux pôles est beaucoup plus importante, et si vous recherchez la trajectoire de toutes les missions Apollo, vous verrez qu’elles ne se sont jamais approchées des pôles. Cette information est en ligne. Donc s’ils sont sortis près des pôles, les vaisseaux spatiaux Apollo, alors ils mentent au public de toute façon.

En outre, pour un vaisseau de type Apollo, sortir par les pôles signifie une dynamique de trajectoire complètement différente, qui consommerait beaucoup plus de carburant en raison des changements de vecteur de mouvement, et les vaisseaux en avaient à peine assez pour un vol équatorial direct.

Pendant le retour, la situation serait encore plus critique, car pour entrer par les pôles, le vaisseau spatial Apollo devrait s’approcher de la Terre à un angle très prononcé, proche de 90 degrés, ce qui rendrait une correction de trajectoire difficile, voire très dangereuse, sous peine de brûler en entrant dans l’atmosphère terrestre. C’est particulièrement grave dans le cas d’Apollo 13, qui est censé être revenu avec une marge incroyablement faible.

Robert : Eh bien, ils disent qu’ils passaient par les pôles pour faire le tour de la Terre pendant un tour ou plusieurs tours et qu’ensuite ils sortiraient avec plus d’élan, dans ce cas, vers la Lune. Vous avez raison quand vous dites qu’ils devraient ensuite revenir par les pôles. Merci.

Swaruu (9) : Je parle des vaisseaux spatiaux Apollo pendant les missions.

Robert : Cette information oui, elle est en ligne, c’est vrai. Donc, s’ils disent qu’ils sont sortis par les pôles, les vaisseaux spatiaux Apollo, alors ils mentent au public dans les deux cas.

Swaruu (9) : Vous pouvez aller sur le site de la NASA et étudier le vecteur de sortie du vaisseau spatial. Il est équatorial, pas polaire.

Robert : Merci Swaruu, il est équatorial et non polaire. C’est là, en théorie, que le vaisseau spatial Apollo devrait sortir, pas aux pôles, à cause du manque de carburant, ou d’une quantité insuffisante de carburant, disons.

Swaruu (9) : C’est trop de manœuvres pour sortir par les pôles. Trop pour un vaisseau spatial Apollo.

 

Robert : Et comme nous l’avons dit l’autre fois, dans le cas hypothétique où ils auraient franchi les bandes de Van Allen (ce qu’ils n’ont jamais fait), leur ADN serait activé. Certaines personnes m’ont parlé d’Edgar Mitchell disant que lorsqu’il est revenu des missions Apollo, il est devenu une personne très spirituelle, et je leur ai dit que c’était peut-être parce qu’il avait une sorte de réveil de conscience coupable pour avoir menti à la population mondiale.

Swaruu (9) : C’est encore une fois la science de la Terre acceptée et pleine de titres Matrix avec des institutions prestigieuses reconnues en concurrence avec une chaîne YouTube.

C’est juste que ce ne sont pas seulement les bandes de Van Allen qui les ont empêchés de quitter la Terre. C’est le problème le plus grave, mais il y a d’autres problèmes graves.

La poussée libre de la fusée Saturn #5 n’est pas suffisante pour soulever le matériel nécessaire pour aller sur la Lune. Matériel qu’ils ont inventorié. L’atterrisseur lunaire est instable et impossible à piloter, cette « machine à laver » ne volerait jamais.

Le module lunaire ne pourrait jamais fonctionner car c’est une « araignée » instable qui aurait besoin d’un ordinateur super efficace pour stabiliser électroniquement cette chose. Sa taille est trop petite pour accueillir deux astronautes, et encore moins avec des équipements et des combinaisons de rechange à l’intérieur. Le système de moteur est également trop petit, il ne peut pas échapper à la gravité qu’ils disent avoir sur la Lune (poussée par rapport au poids du vaisseau spatial par rapport à la vitesse orbitale lunaire). L’atterrisseur lunaire est la clé pour voir à quel point c’est faux.

Robert : Ça ressemble à une machine à laver, c’est vrai.

Swaruu (9) : Vous auriez besoin d’ordinateurs très avancés effectuant des corrections des milliers de fois par seconde pour le maintenir en vol stable, et ils n’avaient tout simplement pas cette technologie informatique. Votre ordinateur portable est des milliers de fois plus puissant que les ordinateurs de la NASA en 1969, et l’ordinateur à bord de l’atterrisseur lunaire avait moins de puissance de calcul que votre montre Casio avec calculatrice.

Le prototype d’atterrisseur lunaire n’a jamais volé et a failli tuer Armstrong. Comment a-t-il pu ensuite voler huit fois sans problème ? Y compris Apollo 13. Regardez la vidéo, ce ne sont que quelques secondes (montrant la vidéo).

Robert : Oui, wow ! Heureusement qu’il s’est échappé, je ne connaissais pas cette information, merci beaucoup.

Swaruu (9) : Les missions Apollo sont une impossibilité technique. Elles n’ont jamais eu lieu. Il faut une technologie anti-gravité.

Robert : Et beaucoup continuent à les justifier, et si vous leur répondez, vous êtes ignorant.

Swaruu (9) : Oui, vous êtes tout simplement  » ignorant « . Dans mon article, que j’ai presque terminé, je dis autre chose qui va blesser beaucoup de gens, mais c’est la vérité.

Robert : Nous voulons la vérité, au moins dans ce canal, peu importe combien elle blesse.

Swaruu (9) : Que les centrales nucléaires consomment plus de kilowattheures d’électricité qu’elles ne sont censées en produire. C’est parce qu’elles ne sont pas ce qu’elles prétendent être. La production d’énergie électrique n’est qu’une façade ou une excuse. Ce sont des usines de traitement de matériaux nucléaires pour l’industrie de l’armement, mais leur objectif principal est le terraformage pour transformer la Terre en une planète favorable aux reptiliens.

J’ai détecté le chercheur Leuren Moret qui partage également ces informations, bien que mes données proviennent de nos recherches et de nos capteurs.

———-

Les bandes de Van Allen sont le résultat de la manipulation de la magnétosphère suite à la superposition d’une autre fréquence électromagnétique à haute énergie. La magnétosphère est utilisée comme source d’énergie pour les bandes de Van Allen. Ceci est réalisé en émettant une fréquence de haute énergie comparable à celle de la magnétosphère en la modifiant avec le principe des ondes dominantes.

La magnétosphère est le résultat naturel de la présence d’une grande masse qui agit comme une dynamo énergétique. Elle peut également être considérée comme l’aura de la planète. Comme la dynamique des bandes de Van Allen et de la magnétosphère est basée sur le tore, elles sont superposées. C’est-à-dire que les deux coexistent essentiellement au même endroit et, puisqu’ils obéissent aux mêmes principes, les tourbillons entrants et sortants aux pôles sont donc les points de plus grande énergie. Les parties équatoriales représentent la même quantité d’énergie que les tourbillons, mais diluée sur une plus grande surface. Donc, quitter la Terre aux pôles, c’est essayer d’aller là où les bandes de Van Allen ont la plus grande force ou concentration d’énergie par kilomètre carré.

Robert : Merci beaucoup. Donc ce graphique de la NASA serait une section de la magnétosphère, et non les bandes de Van Allen ? Regardez ces graphiques, celui de la NASA et le mien.

Swaruu (9) : Le graphique de la NASA où l’on voit deux bandes, l’une plus grande que l’autre, comme le gilet de sauvetage d’un navire, ne reflète en rien la réalité, il est faux. Il n’y a aucun moyen de générer cela sans un vortex. Il serait donc au-dessus et couvrirait tout, comme dans votre deuxième image.

Robert : Quelle image est la plus réelle pour toi, que peux-tu nous dire sur l’une et l’autre ? Merci

 

Swaruu (9) : Le deuxième. Les premiers sont des beignets ou des lignes de vie, ils n’ont aucune validité scientifique car ils n’obéissent à aucun schéma énergétique. Votre image reflète la réalité, celle de la NASA non.

Robert : L’image de la NASA donne l’impression qu’elle n’affecte pas les pôles. Quand les gens voient ça, ils pensent que les missions Apollo passent par les pôles, parce qu’il y a moins de rayonnement. Merci, Swaruu.

Swaruu (9) : Bien sûr, et c’est encore de la désinformation. Votre image est très bien, les rayures indiqueraient le parcours de l’énergie.

Robert : Merci, et la Terre dans divers toroïdes d’énergie.

Swaruu (9) : La bulle blanche où se trouve la Terre serait la 3D ou la bulle où la vie peut se produire, et les missions spatiales Apollo, les navettes et autres, n’atteignent que cette bulle, jamais plus haut. Votre image est super bien faite.

Robert : Merci. J’ai des questions des adeptes et une de mes propres questions que j’aimerais intégrer dans la vidéo d’aujourd’hui.

Swaruu (9) : Ok. C’est prêt.

Robert : Ok, merci. La première, je copie le texte et vous me dites ce que vous savez, ou ce que vous pensez. Je pense et je crois que c’est faux, mais je ne sais pas comment argumenter cela, merci.

« Entouré d’empreintes de pas sur la poussière lunaire repose un panneau d’environ 60 cm de large, recouvert de 100 miroirs pointant vers la Terre : ‘Le réseau rétro-réfléchissant de mesure laser lunaire.’ Les astronautes d’Apollo 11 Buzz Aldrin et Neil Armstrong l’ont placé là le 21 juillet 1969, une heure avant la fin de leur dernière marche lunaire. Trente-cinq ans plus tard, c’est la seule expérience scientifique d’Apollo qui fonctionne encore. »

Swaruu (9) : C’est la NASA qui a tout mis en place. Je connais cet argument miroir et un autre qui lui est lié. Tout d’abord, vous n’avez pas besoin d’une mission habitée pour poser un miroir sur la surface lunaire. S’il y en avait un, car ce n’est pas ce qu’ils disent, mais ce n’est pas le sujet.

Les lasers qu’ils utilisent se diffusent avant d’atteindre la Lune. Mesurer la distance avec le rebond du laser n’est pas cohérent scientifiquement et constitue une désinformation. Un laser n’est pas parfait, la lumière se diffuse, elle n’atteint pas la Lune, et encore moins elle rebondit sur quelque chose et revient. Il n’y a aucune base pour cela, cela fait partie de tout ce que la NASA met en place, mensonge après mensonge, tout cela pour justifier et faire croire qu’ils sont partis.

Variante : des photographies de Hubble, du télescope du Mont Palomar et d’autres instruments similaires, prenant une image de la zone d’atterrissage, toujours avec la base de l’atterrisseur lunaire, et toutes ces choses, y compris les empreintes de pas. Réponse rapide : les images sont truquées.

Autre variante : les photographies de la surface de la Lune prises par les orbiteurs chinois. Si les Chinois sont antagonistes des Américains, alors ce qu’ils présentent devrait être vrai, non ? Non. D’en haut, la Chine est sous le contrôle des Illuminati de la même faction qui contrôle la NASA, car les Illuminati en tant que tels sont aujourd’hui fragmentés. Il y a des factions qui s’opposent et se battent entre elles pour le pouvoir et le contrôle, et toute personne ayant la moitié d’un cerveau peut voir que ce que la Chine a présenté sont les mêmes enregistrements de la NASA, d’Apollo, seulement inversés.

———-

Swaruu (9) : Un autre point. Le sujet de la raison pour laquelle ils ne sont pas allés sur la Lune peut être exploité beaucoup plus, parce qu’il y a beaucoup plus de matériel.

Le point concernant les groupes Van Allen est juste le plus accablant, mais la liste est longue. En ce qui concerne les groupes, tout ce qui est pertinent a déjà été dit à leur sujet, mais la raison pour laquelle Apollo est faux est due à de nombreuses choses, pas seulement une. De la motivation dans le domaine politique de l’époque, au manque de capacités techniques.

La fusée Saturn 5, bien qu’impressionnante au décollage, et qui pousse les gens à la considérer comme toute puissante et capable d’emmener l’homme sur la Lune, n’avait pas la poussée ou la portance suffisante pour faire décoller le module lunaire et le vaisseau spatial principal. C’est pourquoi ils ne l’utilisent plus, sinon ils l’utiliseraient encore, comme les Russes utilisent toujours leur vaisseau Soyouz, en service depuis 1967. Les États-Unis utilisent l’Atlas, également des années 60, mais inférieur, la capacité de calcul était insuffisante pour les calculs nécessaires.

L’atterrisseur lunaire était instable, impossible à piloter et trop petit pour accueillir deux astronautes à l’intérieur. Son moteur était faible et ne pouvait pas le soulever de la Lune malgré une gravité de 16 %. Les combinaisons spatiales n’avaient aucun système de refroidissement valable et les gants étaient inopérants, ils ne pouvaient rien faire avec ça sur les mains.

Sans compter que le décor où se trouve l’atterrisseur lunaire ne présente aucun cratère sous le moteur et aucune poussière sur les pieds de l’engin spatial. Et il existe des enregistrements, supposés réels, de l’intérieur de l’atterrisseur lunaire lors de son atterrissage, et dans ces enregistrements, on entend les astronautes parler comme si de rien n’était, et il n’y a aucun bruit de moteur, alors que le moteur est juste entre eux.

S’il y avait de l’atmosphère à l’intérieur de l’atterrisseur lunaire, pourquoi n’ont-ils pas de casque ? Et même s’il n’y en avait pas, le son serait transmis par le casque de l’atterrisseur lunaire, mais on n’entend rien, absolument rien, et c’est invraisemblable, alors que les astronautes se trouvent sur et à côté d’un moteur de fusée avec plusieurs milliers de livres de poussée.

Les caméras étaient impossibles à utiliser avec des gants. Les ombres sont fausses, il y a plusieurs sources de lumière alors que la NASA insiste sur le fait qu’ils ne portaient pas de lampes.

Robert : Vous avez raison à propos des caméras, avec des gants vous n’avez aucune sensation pour manipuler une caméra.

Swaruu (9) : Il y a des objets placés là avec des traces de pas autour d’eux, y compris les fusées lunaires placées par une grue.

Les rouleaux de l’appareil photo étaient d’un type spécifique Kodak, et étaient normaux, corroborés, et un film photographique va bougie ou flou en présence d’un rayonnement élevé, tels que les rayons cosmiques solaires, sans parler des bandes de Van Allen à nouveau, et ils ne montrent aucun signe de dommages. La liste est longue, et ce n’est que mentionner les raisons de Matrix, ce qui est connu de là-bas par les humains eux-mêmes.

Dans la liste ci-dessus, je n’ai rien inclus d’ici, comme le fait qu’il n’y a pas de Lune sur laquelle se poser.

Le moteur de l’atterrisseur lunaire avait une poussée de 10125 livres, comme un moteur F18C ou plus, ne me dites pas qu’il ne fait pas de bruit.

Robert : Ok, merci. Oui, vous m’en avez parlé à plusieurs reprises, mais il y a beaucoup de gens qui ne semblent pas voir toutes les vidéos, et il s’agit de la surface lunaire réelle.

(Swaruu partage plusieurs liens avec des images du module lunaire et de ses moteurs)

 

Robert : Merci beaucoup de partager. Évidemment, il n’y a que des moteurs, il faut les entendre. Ils diront toujours que c’était insonorisé.

Pouvez-vous nous décrire un peu ce que cela aurait été d’atterrir sur la surface réelle de la Lune, s’ils avaient pu traverser avec succès les bandes de Van Allen ? Merci.

Swaruu (9) : Cela ressemble à ceci : ce serait comme atterrir sur une surface pleine de déchets, de tubes, de boîtes, d’artefacts, de protubérances.

 

 

Robert : Merci. Et tout est abandonné et dans un état de ruine totale.

Swaruu (9) : Cette image est celle de la surface de l’étoile de la mort de la guerre des étoiles, qui d’ailleurs Lucas s’est inspiré ici de la Lune, parce qu’ils savent tout ça. Il n’y a personne là-bas, juste des systèmes autonomes, la Lune est abandonnée. Oui, John Lear dit qu’il y a 250 000 personnes là-bas. Plus maintenant, c’était il y a longtemps, je parle d’il y a des milliers d’années.

Robert : Et toute cette surface est couverte par un hologramme qui sera séparé de plusieurs centaines de mètres de la surface réelle de la Lune.

Swaruu (9) : À l’intérieur de la Lune, il y a d’interminables couloirs en ruine, comme s’ils sortaient d’un film d’horreur ou d’un jeu vidéo spatial d’horreur, Doom ou Jet Space.

Oui, c’est séparé. Il est juste à la bonne distance pour que l’effet désiré soit atteint vu de la Terre.

Robert : Merci beaucoup pour ce partage. Alors, les bases nazies sur la Lune sont-elles réelles ou… ?

Swaruu (9) : Non, les nazis non. Elle n’avait pas d’habitants en tant que tels, c’était une base stellaire pour la distribution de biens, d’humains. Elle n’a pas de surface rocheuse ou de gravier, ce n’est pas une étoile naturelle. Elle est faite de métal, et ce qu’ils ont utilisé n’était qu’un décor, rien d’autre.

Des nazis sur la Lune, juste les Reptiliens qui géraient aussi les nazis, mais ce ne sont pas des  » nazis  » comme ce à quoi les gens font référence.

Robert : Merci. J’imagine que toutes ces connaissances sont détenues par les organisations secrètes. Pourrions-nous trouver un vestige à l’intérieur de la Lune qui nous révélerait l’histoire de l’humanité ?

Swaruu (9) : Oui, ils l’ont et il est divulgué aux gens dans les films.

Robert : Merci. La Lune, avons-nous dit, est là où elle est depuis environ 12 500 ans, c’est-à-dire depuis que la matrice 3D et les bandes artificielles de Van Allen ont été installées.

Swaruu (9) : Oui, en même temps, et peu après le « déluge », qui n’a pas été causé par Enlil comme le disent les fanatiques des tablettes sumériennes.

On voit quelque chose comme ça dans les couloirs de la Lune, tous abandonnés, dangereux et désordonnés. Pleins d’entités.

 

Robert : Des entités, des entités dangereuses ?

Swaruu (9) : Elles pourraient l’être. Aussi des pièges et des mécanismes mis là par les Reptiles quand ils dominaient la région. Ce n’est pas sûr d’explorer ça, en plus c’est énorme. Imaginez juste combien de couloirs il y a à l’intérieur de cette chose, des pièces, des voûtes, des espaces. Leurs réacteurs sont primitifs, ionisants, dangereux, la liste est longue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.